Joachim Estrade

    Beyrède-Jumet, Hautes-Pyrénées 9 janvier 1857 – Carcassonne
    Page   26 Juin 2017

    Ses parents, installés à Caunes-Minervois vers 1870, le mirent en pension religieuse dans l'espoir d'éveiller sa vocation. Mais l'enfant ne put se plier à la discipline sévère et, un jour après une réprimande, il lança un dictionnaire au visage du Père Supérieur (un dictionnaire latin, ce qui est très grave). Renvoyé, il prépara Arts-et-Métiers à l'école Montès à Carcassonne. Il choisit ensuite le corps des Ponts et Chaussées et participa aux études en vue de créer la ligne ferroviaire de Quillan à Rivesaltes. Familier de la Haute-Vallée de l'Aude, il pressentit rapidement son potentiel hydroélectrique. Dès 1887-1891, il construisit une petite centrale pour l'éclairage de la ville de Quillan. Il quitta l'administration et fonda la fameuse S.M.T.F. (Société Méridionale de Transport de Force). Son premier objectif était de fournir du courant à Carcassonne et Narbonne à partir de l'usine de Saint-Georges dans la Haute-Vallée. Pour cela, outre la construction du barrage, de la conduite forcée et de la centrale, il fallait résoudre le problème du transport de l'électricité à longue distance. Plusieurs expériences avaient eu lieu en Europe, mais Estrade fut le premier en 1900 à distribuer au public, dans un rayon de cent kilomètres, du courant transporté sous une tension de vingt mille volts. Il s'occupa ensuite de maîtriser tout le potentiel de la Haute-Vallée en édifiant les usines de Gesse, d'Escouloubre, du Carcanet et d'Usson, tandis que le barrage de Puyvalador régularisait le cours de la rivière. A sa mort, en 1936, les usines installées avaient une puissance de 44.000 CV, les lignes haute-tension une longueur de 3.000 km. Elles desservaient 400.000 habitants dans 425 communes de l'Aude et des P.O. Parmi ses inventions techniques, il faut citer le " poteau noir Estrade ", en bois rendu imputrescible par imprégnation de créosote, encore utilisé de nos jours, et le fameux " basculateur " limitant le débit et permettant la vente à forfait (les derniers ne furent supprimés par E.D.F. que vers 1960°. Sur le plan financier, il eut recours à des capitaux régionaux et créa de nombreuses filiales de la S.M.T.F. tant dans le domaine de la fourniture d'électricité ou de gaz que dans des activités annexes (application de l'électricité à l'outillage agricole, création du Frigorifique de Nissan). Il s'intéressa de très près à toutes les questions agricoles, participant à la création de la Confédération Générale des Vignerons, à la Caisse Régionale du Crédit Agricole, lançant l'industrie du jus de raisin. Sur le plan social, la S.M.T.F. d'Estrade était une entreprise d'avant-garde pour l'organisation de caisses de prévoyance et de retraite, de congés payés, de subventions pour études des enfants du personnel. Joachim Estrade a laissé un souvenir profond.
    Rémy Cazals - Les Audois (ISBN 2-906442-07-0)

    Mais aussi...

    French