Opéra 2001 présente

    MERCEDES RUIZ "Déjame que te baile"

    Point Accueil Culture billetterie
    33 (0) 468 115 915 - pacbilletterie@mairie-carcassonne.fr
    Conditions générales de vente

    Durée : 1h30

    Musique, direction musicale : SANTIAGO LARA
    Chorégraphie : MERCEDES RUIZ
    Livret, mise en scène et création lumière : Paco LÓPEZ
    Costumes : FÁTIMA CANCA
    Lumières : Pedro SERRANO
    Son : José AMOSA
    Diffusion : Marie Ange Lainz

    Avec :
    Mercedez RUIZ, danse
    Santiago LARA, guitare
    Perico NAVARRO, percussion et « palmas »
    Javier PEÑA et Manuel SALADO « palmas »
    Paco CEPERO, collaboration spéciale, guitare
    JESÚS MÉNDEZ, chant
    David PALOMAR, chant
    (Distribution à titre informatif, pourra être modifiée sans préavis)

    Tarifs
      Orchestre
    1er Balcon
    2ème Balcon 3ème Balcon
    Général 36€ 26€ 12€
    Réduit 30€ 20€  
    Jeunes 10€

    Frais de location inclus

    Mercedes Ruiz vous demande la permission de danser. Ou plutôt, elle réclame humblement votre attention. Elle aimerait qu’on la voit, qu’on la sente danser. Mercedes a passé l’essentiel de sa jeune vie à danser sur scène. À l’âge de sept ans, elle fut enrôlée comme mousse par la Compagnie de Manuel Morao et les Gitans de Jerez pour jouer à New-York. Il coule dans ses veines des hématies furieuses de rythme et des plaquettes savantes qui lui indiquent quand et comment s’arrêter… Mercedes respire flamenco, ressent à travers le flamenco. Sentir, c’est le verbe qu’elle utilise pour exprimer le long processus de montage de son nouveau spectacle, ou comme bilan synthétique après chaque représentation. Elle l’a sentie ou elle ne l’a pas sentie, elle a senti le chanteur ou pas, elle s’est sentie bien ou mal. Son ressenti regroupe tout un monde, celui d’une âme sensible et cachée qui fait de la danse sa forme d’expression si particulière.

    Peut-être est-ce à cause de cette ascension du flamenco comme langage spirituel vital que Mercedes a commencé, il y a quelques années déjà, un voyage introspectif d’auto-connaissance réfléchie de sa manière de danser. Elle a uni, dans une intime et indissoluble communion, un travail de précision technique à un discours émouvant et sensible.[…] Avec « Déjame que te baile », Mercedes s’attache à ses ressentis pour concevoir de nouveaux styles – possibles et même nécessaires dans le flamenco – grâce aux qualités poétiques de sa danse actuelle.