Actualité

21 Déc 2021

Interview de Yazid Laredj et d'Emilie Triay

Quels sont les objectifs de la Ville de Carcassonne sur ce mandat ?

Yazid Laredj : Je voudrais profiter de cet instant pour souhaiter tous mes voeux de réussite sportive à nos administrés, en particulier ceux qui sont membres de nos associations. Car en cette période de voeux heureux, je reste un militant acharné et convaincu que le sport est un puissant vecteur de bien-être et de bonheur. Nos objectifs sur ce mandat se concentrent sur la poursuite de l’amélioration de nos équipements. Au-delà du pôle Aqualudique ouvert en juin et déjà victime de son succès, le premier gros chantier est la réfection totale du Centre Carcassonne Olympique décidé par le Maire en raison de l’ancienneté de l’équipement. Sa remise à niveau devra nous permettre d’accueillir les équipes nationales étrangères pour la préparation des JO 2024 et de la Coupe du monde de rugby 2023. La Ville sera ainsi dotée d’un véritable équipement moderne et de qualité pour la pratique du sport loisir ou de haut-niveau pour tout le public carcassonnais. Nous avons terminé la réfection globale du gymnase de La Conte ou encore la rénovation en régie du gymnase et de la piscine de Grazailles. L’installation de l’éclairage sur le stade de Grèzes est aussi une plusvalue pour nos clubs toujours à la recherche de créneaux. Et avant la fin du mandat, nous terminerons la réfection de tous les gymnases (vestiaires et sanitaires) des plaines de jeux. Car le sport est aussi une école d’hygiène de vie et la pratique doit se dérouler dans des conditions décentes. Par ailleurs, j’ai été mandaté par le Maire Gérard Larrat pour rationaliser par discipline ou catégorie de discipline, la destinatoon des stades de Grazailles, Domec et Mazet. Plus ambitieux et tournés vers l’avenir, les dossiers comme l’amélioration des conditions d’accueil et de jeu au Stade Albert Domec pour en faire un vrai Pôle de Rugby, la création d’un nouveau Skate-Park et la transformation du bâtiment de la piscine du Viguier sont au centre de nos attentions.

Quels sont les grands enjeux sportifs à venir ?

Yazid Laredj : Un des enjeux forts de ce mandat sera le développement et l’accompagnement des clubs sportifs. Il nous reste encore du travail à faire pour le sport au féminin. L’accès au sport pour les personnes handicapées est également quelque chose qui me tient à coeur. Cela passe par la formation des clubs, par l’équipement et cela se fera dans la durée. La volonté d’inclure les personnes porteuses de handicap doit être l’affaire de tous. Nous travaillons également à organiser plus de grands événements sportifs internationaux.

Carcassonne est labellisée Terre de Jeux 2024, pour quels équipements ? Quelles retombées attendez-vous de cette démarche ?

Yazid Laredj : Nous sommes labélisés et reconnus Centre de Préparation pour les JO Paris 2024 pour les équipements suivants : le pôle aqualudique, le lac de la Cavayère, la Halle aux Sports Nicole Abar et le Centre Omniports avec des travaux qui démarreront en janvier 2022. Il nous reste 3 ans pour porter et partager les valeurs de l’olympisme à Carcassonne. Nous oeuvrons pour recevoir des délégations étrangères en stage qui viendraient s’entraîner avant les JO. Nous espérons que cette démarche provoquera une mobilisation des acteurs locaux du sport pour nous accompagner dans la dynamisation sportive du territoire.

Le maire Gérard Larrat a souhaité créer une nouvelle délégation pour porter les valeurs du sport féminin et vous en a confié la responsabilité. Quelles vont être vos missions et vos actions dans les mois à venir ?

Emilie Triay : Mes missions sont de représenter au mieux les sports féminins carcassonnais. Aussi, j’espère pouvoir permettre aux clubs féminins de sport dit «masculin» de rayonner. Nous avons des athlètes remarquables ; les clubs du FFBC, de l’USC XV et de Carcassonne XIII qui ont de très bons éléments ou encore dans les sports individuels où nous pouvons saluer la performance d’Estelle Gaspard qui a décroché le titre de Championne du monde de Jujitsu Combat au Championnat du monde d’Abu Dhabi. Ces femmes méritent une meilleure visibilité et reconnaissance. Ainsi, il faut agir sur le terrain pour favoriser la pratique pour toutes et soutenir le haut-niveau et les événements féminins.

Le sport féminin est-il bien représenté à Carcassonne?

Emilie Triay : Je peux répondre à cette question par l’affirmative. Nous avons de nombreux clubs sportifs féminins de toutes disciplines, mais nous devons continuer d’encourager et de promouvoir la pratique sportive des femmes, et cela dès le plus jeune âge. Dans certains sports comme par exemple les clubs de l’USC XV et de Carcassonne XIII, ils ont des sections féminines cadettes et plus ; c’est pourquoi nous voulons inspirer d’autres clubs à ouvrir leur discipline aux filles dès leur plus jeune âge.