Actualité
Elues

19 Mars 2022

Interview croisée d'Isabelle Chésa et d'Anne Quintilla-Mendegris

Isabelle Chésa et Anne Quintilla-Mendegris

Le Plan Local d’Urbanisme est LE document qui règlemente sur la ville l’urbanisation à la fois pour l’habitation et pour le développement économique. En quoi consiste sa révision actuellement en cours ?

Isabelle Chesa, 1ère adjointe au Maire déléguée à l’Urbanisme, au Cœur de Ville, aux Affaires Foncières et à l’Hygiène : Notre PLU date de 2017 ; 4 ans après, il est nécessaire de lancer une révision générale qui va nous permettre d’être en conformité avec :

  • Les nouvelles lois qui ont été votées depuis 2017 (la dernière est la loi climat)
  • Avec le SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) actuellement en révision à la Communauté d’Agglomération

Ce PLU va nous permettre de redéfinir les secteurs à urbaniser et de mettre en adéquation le règlement avec de nouveaux projets qui sont en cours sur Carcassonne. C’est aussi dans le cadre de cette révision, la volonté de prendre en compte les enjeux environnementaux et climatiques de notre territoire.
Cette révision a des délais administratifs assez longs : il faut compter 36 mois.
Pour ce faire, la Ville est accompagnée dans sa démarche de révision par un cabinet d’études. Au cours de l’avancement de l’étude, des réunions d’information avec la population, en fonction des secteurs, seront organisées.
La révision d’un PLU est complexe mais essentielle. Ce dernier détermine le développement et l’harmonisation de notre ville. C’est le Carcassonne de demain.

Quelles sont les perspectives de développement urbain sur Carcassonne ?

I. Chesa : Plusieurs secteurs sont à l’étude dans le cadre de la révision de notre PLU :

  • Le secteur du Pont Rouge autour du Purple Campus avec notamment l’arrivée future de la nouvelle gendarmerie et à terme la construction d’un nouveau quartier.
  • Le devenir de l’ancien Hôpital et de ce secteur de la ville. Une réflexion est actuellement menée sur le sujet, en étroite collaboration avec le Centre Hospitalier (propriétaire du bâtiment).
  • L’aménagement de Montredon autour du pôle santé et du nouvel hôpital.
  • Le secteur ouest de Carcassonne aux abords de l’échangeur de l’autoroute, où sur le plan économique nous avons la volonté de voir se développer des entreprises de production.

Avec le plan de rénovation obligatoire des façades, la Ville a mis en place une véritable politique incitative envers les propriétaires qui s’étend bien audelà des périmètres concernés par les aides municipales. Quel bilan en tirez-vous ?

Anne Quintilla-Mendegris, conseillère municipale déléguée à l'Hygiène, à la Salubrité Publique et à la Lutte contre l'Habitat Indigne et chargée de l'urbanisme : C’est un bilan positif à ce jour après 5 campagnes de ravalement obligatoire (CRO) qui se sont étalées de juin 2015 à février 2020. On compte 301 façades et 205 vitrines réalisées pour un montant de 2,6 millions d’euros de subventions engagées par la Ville et plus de 9,5 millions d’euros HT de travaux. Nous lançons actuellement la 6ème tranche de ce plan qui concerne la rue Albert Tomey. J’ajoute que le Maire a souhaité que cette 6ème tranche s’étende également à la Cité et en particulier à la rue Cros Mayrevieille.

La Ville souhaite affirmer sa volonté de voir redynamiser son centre-ville et mettre en valeur son patrimoine et ses particularités architecturales.

De telles opérations contribuent à l’embellissement urbain et améliorent ainsi notre cadre de vie.
Cette volonté politique se traduit également au travers du nombre de déclarations d’intention d’aliéner (DIA) qui est en augmentation : 1 496 sur l’année 2020/2021. Avec plus de 300 accessions à la propriété ceci démontre bien l’envie de venir s’installer à Carcassonne et notamment une réelle volonté de réhabiliter au-delà des façades, les espaces intérieurs.
C’est le constat que fait le service de la Maison de l’Habitat qui joue un rôle essentiel dans l’accompagnement d’un projet de réhabilitation. Le profil des acheteurs est assez varié, avec tout de même un pourcentage un peu plus élevé chez les professions libérales, cadres, retraités.

 

Parlez-nous des projets à venir qui vont modifier le paysage urbain de la Ville :

I.Chesa : Incontestablement ce sont les aménagements de l’îlot du Pont Vieux : lien stratégique entre la Cité et la Bastide. L’étude se termine. Les aménagements se feront selon un phasage dans le temps. D’abord l’aménagement urbain de la rue avec une accroche vers le square Gambetta et la rue Aimé Ramond. Ensuite les abords du pont et le Pont Vieux et enfin l’aménagement de l’ancien Couvent des Carmélites dont la Ville a fait l’acquisition fin d’année 2021.

Autre projet pour lequel les études sont en cours de finalisation, l’aménagement de la place Saint Gimer autour de son église classée depuis 2021 et la montée vers la porte d’Aude. Une porte d’entrée de la Cité par la Barbacane.

Ces deux projets font partie d’actions prévues dans le cadre de l’Opération Grand Site (OGS).