ARTICLES
    Modifié 23 May. 2017

    Refuge LPO de l’Ile de la Cité

    Le Maire de Carcassonne Gérard Larrat, accompagné d'Arnaud Albarel et d'Audrey Duton, s’est rendu ce jour à l’île de la Cité afin de recevoir des mains des collégiens de la classe SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté) du collège de Grazailles  des nichoirs qu’ils ont fabriqués. Ces nichoirs à oiseaux ont été placés par les services techniques dans les arbres du parc de l’ïle de la Cité désormais classée Refuge LPO.

    La Ville de Carcassonne s’engage depuis plusieurs années dans une démarche de préservation et de mise en valeur de son patrimoine naturel.  
    La Ville a aussi souhaité mettre en valeur ses espaces verts de l’Ile de la Cité, en obtenant l’agrément « Refuge LPO » pour cette zone ouverte au public afin d’illustrer son engagement dans la préservation de la biodiversité.  
    La Ligue Protectrice des Oiseaux Aude a établi un diagnostic écologique sur le secteur de l’Ile compris entre l’Aude et le ruisseau artificiel afin de proposer des actions de gestion simples et non contraignantes pour conserver et améliorer la biodiversité de ce site.

    C’est au cœur de cet espace en bordure de l'Aude, au pied de la Cité Médiévale et à proximité du centre-ville, que la Ville de Carcassonne a créé un parc arboré, aménagé d'un square de jeux pour enfants et de tables de pique-nique et a souhaité que ce dernier devienne Refuge LPO.

    Inventaire ornithologique
    Le diagnostic écologique repose ici principalement sur l’inventaire des oiseaux présents sur la zone d’étude, notamment en période de reproduction. Une attention particulière est portée à la petite avifaune nicheuse car celle-ci est la plus susceptible d’être impactée par les interventions réalisées sur le site. Cet inventaire constitue l’état initial du site et permettra par la suite de suivre son évolution et d’adapter les actions de gestion. 
    La méthode utilisée pour réaliser l’inventaire ornithologique est dérivée de la méthode des quadrats. L’observateur chemine le long d’un parcours de manière à couvrir l’ensemble de la zone d’étude. Chaque oiseau contacté est noté sur une carte en spécifiant l’espèce et le type de contact. Un contact peut être visuel ou sonore (chant et cri).  
    Les relevés sont réalisés aux périodes les plus propices à l’observation des oiseaux : au lever du jour (pic d’activité sonore), durant la période de reproduction de la plupart des oiseaux (avril – juin), par vent faible (<20 Km/h).
    Cette méthode permet de recenser l’ensemble des oiseaux diurnes, passereaux et rapaces, de déterminer leur statut sur le site (nicheur ou de passage), d’estimer le nombre de couples présents et d’établir une cartographie de répartition des contacts. 
    Deux soirées ont également été consacrées à réaliser des points d’écoute avec repasse pour rechercher les espèces nocturnes. Spontanément, la plupart des rapaces nocturnes chantent peu et ce d’autant plus que la densité de population est faible.

    Trois visites durant la fin du printemps 2016 (29 juin, 7 et 19 juillet) ont permis de recenser, sur le site de l’Ile de la Cité, 37 espèces d’oiseaux et parmi elles, un rapace : la Buse variable.
    Les oiseaux présents sur le site s’avèrent être des espèces essentiellement forestières et communes des parcs et jardins.
    Les espèces cavernicoles (Pic vert, Mésange charbonnière, Torcol fourmilier,…) et/ou forestière (Pigeon ramier, Loriot d’Europe, Fauvette à tête Noire) sont bien présentes sur le site et parfois en abondance comme l’Étourneau sansonnet ou le Merle noir. À l’inverse, les espèces nichant dans des arbustes (Rougegorge familier, Troglodyte mignon, Rossignol philomèle) sont moins fréquentes.
    Cet inventaire a également permis de contacter des espèces d’autres groupes taxonomiques comme des mammifères, des libellules ou des papillons de jour entre autres.

    De plus, 14 espèces de mammifères, 8 rhopalocères (papillons de jour), 5 odonates, 3 orthoptères, 2 reptiles et 1 amphibien, ont été observées sur le site, dont la Loutre d’Europe, espèce rare et menacée.