PAGES
    Modifié 13 Jun. 2016

    Les édifices religieux

    PAGES
    Modifié 19 Nov. 2015
    La tradition rapporte que cette chapelle du XVII° siècle a été érigée sur l’emplacement de la maison natale de saint-Gimer, évêque de Carcassonne au début du X° siècle.L’écusson en marbre blanc du portail comporte les armoirées de Christophe de Lestang évêque de 1603 à 1621 qui fait construire le sanctuaire – Jusque-là, nul lieu de culte n’existe dans ce faubourg qui devient paroisse seulement à partir de la consécration, au milieu de XIX° siècle, de l’église portant le même nom, beaucoup plus grande.
    PAGES
    Modifié 18 Nov. 2015
    Une petite chapelleD'après les actes notariés, on peut mieux imaginer la petite chapelle construite avec l'argent du legs de Jean de Saix, en 1527, destiné à la création de l'hôpital des pestiférés. Supportant l'arcature ogivale de la porte, les culs-de-lampe portent les armes effacées de la famille. Une garde fidèle était assurée dans cet endroit stratégique, passage étroit entre des bâtiments fortifiés ; l'hôpital servait alors de " maison forte, servant de rempart aux faubourgs ".
    PAGES
    Modifié 18 Nov. 2015
    La communauté réformée, peu nombreuse, s’organise à partir de 1842, mais c’est seulement à partir de 1878 qu’elle dispose d’un pasteur résidant, Adolphe Monod ; le temple de la rue Antoine Marty est inauguré en 1890. L’édifice évoque une église anglicane mais, pour ne pas trop choquer les catholiques locaux, fort hostiles à cette réalisation, sa façade est relativement neutre et ornée de vitraux.Claude MARQUIE – Le patrimoine des communes de la Méridienne verte – Edition Flohic
    PAGES
    Modifié 18 Nov. 2015
    Le Roi Louis IX qui avait permis aux habitants des faubourgs de la Cité de s’installer de l’autre côté de l’Aude en 1248 leur fait construire de part et d’autre de la nouvelle bastide, deux églises placées sous les vocables de Saint-Michel et Saint-Vincent. Saint-Michel comporte une large nef et un chevet formé d’une grande abside et d’absidioles. Après l’invasion du Prince Noir et la destruction du bourg en 1355, un rempart est construit et s’appuie sur la façade sud de l’église.
    PAGES
    Modifié 18 Nov. 2015
    La première pierre de la chapelle sera posée en 1640 et le bâtiment consacré le 13 février 1667 par les Evêques de Mirepoix, de Lodève et de Mende. Elle fait partie intégrante du Collège des Jésuites qui subira des transformations au cours des ans, avant d'être utilisée en " Museum " par les soins de Jacques Gamelin, peintre et professeur à l'Ecole Centrale Audoise qui en fait un lieu d'exposition de peintures.
    PAGES
    Modifié 18 Nov. 2015
    Bel exemple du style gothique languedocien à large nef (20,25 m) et voûte imposante (23,5m). Clocher octogonal à base carrée qui abrite un carillon de 47 cloches. Riche mobilier d’art : tableaux et lutrin du XVIIe siècle, peintures de Gamelin, Mignard et Subleyras. Rosaces et verrières du XVe siècle. Dans les niches du grand portail se trouvaient 4 belles statues de pierre du XIVème siècle, très dégradées, elles furent déposées à l’intérieur. Elles représentent Saint-Vincent en costume de diacre, Saint-Louis fondateur de la ville-basse et deux apôtres.