ARTICLES
    Modifié 09 Jun. 2017

    La Ville s’engage : Objectif 0 Phyto !

    La Ville de Carcassonne a engagé depuis 2 ans maintenant une véritable politique environnementale volontariste qui se traduit par le fait de ne plus utiliser de produits phytosanitaires dans l’entretien des voiries et des espaces verts.
    Comme l’ont démontré de nombreuses études, les pesticides se retrouvent dans nos cours d’eaux, et ont un impact direct sur la flore et la faune rurale mais également à plus ou moins long terme sur notre santé.

    Au 1er janvier 2017, la loi Labbé est entrée en vigueur et interdit désormais l’usage par les collectivités territoriales de produits phytosanitaires pour l’en-tretien des espaces verts, forêts, voiries et plus généralement les lieux accessibles au public.

    En lançant cette opération 0 Phyto et en s’impliquant toujours plus dans une démarche écologique, la ville s’engage à :

    - Veiller à la santé de ses habitants
    Les résidus des pesticides sont présents partout, dans les aliments, l’eau, l’air que nous respirons. Leur dangerosité engendre un risque pour la santé des agents techniques en contact direct avec les produits phytosanitaires mais aussi de l’ensemble de la population et notamment des enfants, plus sensibles aux molécules chimiques.

    - Préserver la biodiversité
    Les cours d’eau, les oiseaux les insectes, les micro-organismes présents dans le sol, sont les premières victimes des pesticides. Il est donc primordial de veiller au respect de cet environnement vital.

    - Faire accepter la nature en ville et le retour de l’herbe en milieu urbain.
    Redéfinir l’espace, c’est aussi tout simplement laisser pousser la végétation et retrouver une esthétique naturelle dans laquelle tout n’est pas maitrisé. Le verdissement des trottoirs par exemple et la présence de petites herbes ne signifient pas un manquement dans l’entretien des voies publiques. La présence de la flore dans l’espace urbain est un phénomène naturel et sain qui correspond à une nouvelle approche environnementale au même titre que l’opération «  prairies fleuries » lancée l’an dernier par la Ville de Carcassonne.

    - Montrer l’exemple et faire appel au bon sens des citoyens
    L’entretien des voies publiques est une nécessité évidente pour maintenir notre commune dans un état constant de propreté et d’hygiène. Désormais cet entretien est l’affaire de tous, dans une démarche zéro produit phytosanitaire qu’impose la loi.

    Des mesures concrètes !

    La municipalité a déjà pris une série de mesures concrètes par des opérations novatrices en terme d’environnement. À l’heure actuelle, tous les espaces verts, les aires de jeux, et les écoles de la ville sont entretenus sans produit phytosanitaire.

    Objectif 0 Phyto

    Le défrichage écologique
    À l’initiative de la Ville et de l’association LENA, un troupeau d’une trentaine de chèvres, moutons et brebis procède en ce moment à cette opération de défrichage écologique au pied de la Cité. Cette méthode est non violente pour la végétation, non bruyante et écologique car non polluante. 

    Des techniques alternatives pour la gestion de l’herbe comme le désherbage mécanique. La ville entretient 235km de trottoirs et de voiries. Pour pallier à l’utilisation de pesticides, les agents municipaux utilisent des micro balayeuses, binettes électriques et manuelles, rotofils, débroussailleuses…
    La Ville a également fait appel à des contrats de Travaux d’Intérêt Généraux (8 personnes au total) qui procèdent au désherbage ma-nuel des trottoirs, encadrés par des agents municipaux.

    Lutte biologique contre les pucerons
    Afin de lutter contre les pucerons, la Ville a introduit l’année dernière sur les rosiers du square Gambetta des larves de chrysope (appelées également « Demoiselles aux yeux d’or »), prédateur naturel du puceron. Une opération qui s’est révélée efficace en termes de résultats.

    Lutte contre la chenille processionnaire du pin
    Au mois d’octobre et novembre 2016, la Ville a lancé une campagne de traitement de 2 750 arbres (pins et cèdres) situés dans les espaces publics, avec un traitement biologique adapté, ayant comme matière active le Bacilus Thuringiensis (produit utilisé également pour les forêts communales).

    En lisière de forêt communale, des pièges à phéromones ont été mis en place, attirant et piégeant les papillons mâles et qui, par méthode de confusion sexuelle, empêche tout accouplement et donc toute nouvelle génération de larve de chenille processionnaire du pin.

    Dans les écoles ont été mis en place des éco-pièges (60 arbres) permettant, au moment de leur procession de piéger les chenilles par un système de collier entourant l’arbre et de les capturer.

    Lutter pour préserver la biodiversité en créant des espaces naturels et préservés !

     

    Les prairies fleuries
    La municipalité a souhaité recréer des espaces naturels en ville, en lançant une opération « prairies fleuries » sur les bords d’Aude entre le Pont Vieux et le Pont Neuf. L’objectif : apporter de la biodiversité à travers ces fleurs sauvages qui représentent des espaces verts et autant de refuges pour les insectes et les oiseaux.

    Classement de l’Île de la Cité « Refuge LPO »
    L’obtention de l’agrément « Refuge LPO » pour l’Île de la Cité témoigne de l’engagement de la Ville dans la préservation de la biodiversité. 
    La Ligue Protectrice des Oiseaux de l’Aude a en effet établi un diagnostic écologique sur cet espace vert et recensé pas moins de 37 espèces d’oiseaux, 14 espèces de mammifères, 8 rhopalocères (papillons de jour), 5 odonates, 3 orthoptères, 2 reptiles et 1 amphibien, dont la loutre d’Europe, espèce rare et menacée. 
    Impliquer et sensibiliser les scolaires dans cette démarche
    La municipalité avec l’aide d’une classe SEGPA du Collège de Grazailles a fabriqué et installé des nichoirs à oiseaux sur les arbres de l’ïle de la Cité, ainsi qu’un hôtel à insectes. L’objectif étant de pouvoir créer une véritable zone de préservation de la faune locale et ouverte au public, au pied de la Cité Médiévale.

    La propreté des rues est l’affaire de tous !
    Réussir cette opération 0 Phyto nécessite également l’implication des Carcassonnaises et Carcassonnais par des gestes simples. En complément de son action publique, la Municipalité a donc décidé de prendre un arrêté afin de réglementer l’entretien de la voie publique.

    Cet arrêté prévoit entre autre que chaque habitant de la commune participe à l’effort collectif d’entretien en maintenant sa partie de trottoir, devant de porte, caniveau.... en bon état de propreté, sur toute la largeur, au droit de façade et en limite de propriété.

    Extrait de l’arrêté :
    «Les Services Techniques de la Ville assurent régulièrement le nettoiement de la voie publique, mais l’entretien des trottoirs ainsi que des caniveaux in-combe aux propriétaires, locataires et syndicats de copropriété riverains de la voie publique. Ils doivent également nettoyer les descentes des eaux de pluie sur toute la largeur au droit de leur façade ou clôture, en toute saison.
    À défaut de trottoir, l’obligation d’entretien porte sur l’accotement herbeux sur un espace large de 1,5 mètre dans les mêmes conditions que celles précitées.
    Le nettoyage consiste à effectuer le balayage, mais aussi le désherbage et le démoussage des trottoirs et caniveaux.  Le désherbage doit être réalisé soit par arrachage, binage ou tout autre moyen à l’exclusion des produits phytosanitaires.
    Pour les accotements herbeux assimilés aux trottoirs, le nettoyage consiste en un fauchage. 
    Les déchets collectés lors de ces opérations de nettoyage doivent être ramassés et traités avec les déchets verts. Il est recommandé de les composter à domicile, de les déposer en déchetterie et en cas d’impossibilité justifiée et sur demande expresse, de faire intervenir les services municipaux pour leur ramassage. 
    En aucun cas ils ne doivent être mis dans les containers destinés à recueillir les autres types de déchets. Les balayures ne doivent pas être jetées sur la voie publique ni dans les avaloirs des eaux pluviales....»

    Quelle ville pour demain ?

    Chaque habitant contribue par des gestes et des actions simples à développer la notion de « bien vivre » à Carcassonne, chère à la municipalité. Il sera donc de la responsabilité de chacun de désherber au droit de sa propriété, notamment si la vue d’herbes dérange, si elle génère un danger particulier pour les piétons ou s’il y a une prolifération exagérée.
    Au 1er janvier 2019, cette interdiction d’utiliser des produits phytosanitaires sera étendue aux particuliers.  
    Alors réagissons ensemble dès à présent !